Ionophorèse : lutter efficacement contre la transpiration excessive

e-Santé    

Cette méthode de traitement est indiquée pour les personnes qui ont des problèmes de transpiration excessive. La technique consiste à bloquer le fonctionnement naturel des glandes sudoripares en utilisant un faible courant électrique. Elle peut être utilisée pour traiter l’hyperhidrose modérée des mains et des pieds. Il est aussi possible d’utiliser l’ionophorèse pour les aisselles, mais l’efficacité est discutable et la mise en œuvre est compliquée.

Quand opter pour l’ionophorèse ?

Lorsque la transpiration devient un handicap chez une personne à cause des odeurs désagréables et de la moiteur, on peut opter pour cette solution. Cependant, on ne la choisit généralement qu’en deuxième recours, le premier étant l’utilisation des produits anti-transpirants. Elle est efficace pour les cas de transpiration excessive dans les zones des mains et des pieds.

Ionophorèse et avis médical

De prime abord, il ne faut pas oublier que même s’il s’agit d’un traitement que l’on peut effectuer chez soi, l’avis d’un médecin ou d’un dermatologue s’impose. Seul un spécialiste pourra déterminer si le traitement est adapté au cas ou s’il faut s’orienter vers une autre solution.

Pour commencer, il faudra acheter un appareil spécial pour pouvoir réaliser les séances à domicile. Le dispositif coûte entre 200 et 1000 euros, mais pour cela, l’ordonnance d’un médecin sera requise. Et cette dernière passera en commission pour approbation. Dans l’idéal, les traitements devront être réalisés chez un kinésithérapeute ou un dermatologue ayant l’équipement approprié. Suivre les séances chez un professionnel offre l’avantage d’être remboursé par la Sécurité sociale.

Comment cela fonctionne ?

Ionophorèse : lutter efficacement contre la transpiration excessive

Il faut d’abord remplir une bassine d’eau tiède, puis y passer un courant électrique de 15 à 20 mA grâce à des électrodes. Les patients n’auront plus qu’à y plonger leurs mains ou leurs pieds pendant une dizaine de minutes avant que l’on ne ramène le courant à zéro. On doit ensuite l’inverser pour une circulation dans le sens contraire pendant dix minutes.

Pendant cette séance, les canaux des glandes sudoripares seront obstrués par les ions qui ont été chargés électriquement et mis en mouvement grâce au courant électrique. Selon le principe appliqué, les ions pourraient interagir aussi bien sur les glandes que sur les canaux qui sont responsables de la sécrétion de sueur.

C’est une opération qui ne présente aucun danger et qui a déjà fait ses preuves dans le milieu de la médecine.

Est-ce vraiment efficace ?

La  ionophorèse doit être réalisée plusieurs fois par semaine au début et les résultats sont généralement visibles en quelques jours. Après cette première phase qui contient plusieurs séances, on pourra passer à une séance hebdomadaire. Mais dans la majorité des cas, le traitement d’attaque doit au moins durer six mois. Par la suite, lorsque la transpiration revient, il y aura des séances d’entretien à réaliser.

Quels sont les éventuels effets secondaires et contre-indications ?

Il y a quelques effets indésirables que le patient peut ressentir pendant et après les séances :

  • Des rougeurs (elles sont sans danger, du moment qu’elles ne sont pas douloureuses) ;
  • Des démangeaisons ;
  • Brûlures ou eczémas dans des cas isolés.

L’ionophorèse est contre-indiquée pour :

  • Les personnes qui ont un pacemaker ;
  • Les femmes enceintes ;
  • Les enfants, sauf si c’est sur l’avis d’un médecin.